Retraite : tous les changements à prévoir à partir du 1er janvier 2019

En 2025, les retraités vont connaître de profondes modifications des dispositifs actuels. Mais dès le 1er janvier de la nouvelle année, de nouveaux mécanismes vont être mis en place et vont impacter significativement les pensions. Un système de bonus-malus devrait notamment voir le jour, en plus d’une augmentation des cotisations des actifs.

La fusion prochaine des régimes de retraite complémentaire du privé

Prévue pour l’horizon 2025, la grande réforme des retraites prévoit l’introduction d’un régime universel en points. Mais il ne faudra pas patienter jusqu’à cette date pour assister à un remodelage du système de retraite actuel. En effet, les règles vont être modifiées dès le 1er janvier 2019, par le biais de trois mesures majeures.

Tout d’abord, il faut savoir que les régimes de retraite complémentaire du privé vont fusionner pour ne former qu’une unique entité. Étant donné que cette future structure va concerner la pension de 25% des non-cadres et de 54% des cadres, les parties prenantes devraient en ressentir les conséquences.

Un système de décote-surcote pour les nouveaux retraités

Ensuite, un nouveau dispositif de bonus-malus va être instauré au 1er janvier. Axe majeur des changements à venir, les futurs retraités vont bénéficier d’une décote ou d’une surcote de leur pension en fonction de l’âge du départ à la retraite. Le système attribuera un malus de 10% si l’actif prend sa retraite à l’âge légal de 62 ans, même si le quota des trimestres cotisés est atteint. La décote prend effet durant 3 ans et deviendra caduc passé ce délai. Pour éviter de subir cette perte, la personne devra travailler une année supplémentaire.

Il est aussi possible d’obtenir un bonus dont le taux est progressif suivant le temps de travail additionnel effectué. En effet, si un actif accepte de cotiser lors de 2 années supplémentaires, il se verra allouer une surcote de 10% sur sa pension pendant un an. Un taux qui peut monter jusqu’à 20% après 3 années de cotisations en plus, voire 30% si les 4 ans sont atteints.

Hausse des cotisations et indexation des pensions

Maintenant, les salariés du privé en activité auront la mauvaise surprise de voir leur cotisation s’accroître dès l’année prochaine. Une revalorisation calculée en fonction du montant des revenus perçus. Un non-cadre devrait consentir à un effort financier quasi nul avec une vingtaine d’euros en moyenne à l’année, alors qu’un cadre se verra impacter plus significativement.

Enfin, les règles liées à l’indexation des pensions de retraite vont se transformer. À l’heure actuelle, le dispositif prévoit de revaloriser les pensions à la hauteur de l’inflation tout en soustrayant 1 point. Cependant, une règle bannit une revalorisation négative des pensions. À partir du 1er janvier, les pensions seront recalculées selon l’évolution des salaires. Cela demeure plutôt une bonne nouvelle pour les retraités puisque les rémunérations des actifs ont tendance à progresser plus rapidement que les prix. Mais il est à noter que les régimes se donnent le droit de majorer ou de minorer le taux pour préserver leur équilibre financier.

Dépôt demande rachat de crédit sénior

Publié dans Blog Sénior.