Crédit immobilier : à quoi sert l’apport personnel ?

L’apport personnel sert à rassurer le prêteur sur le risque d’impayés. Une avance importante réduit ce risque et permet ainsi d’obtenir un taux d’emprunt plus bas ou encore des frais de dossier réduits. Cet apport est-il pour autant indispensable ?

Qu’est-ce qu’un apport personnel ?

L’apport personnel est une somme d’argent exprimée en pourcentage du montant total emprunté. Il est destiné à soulager la banque d’une partie de l’investissement. Dans le cadre de la souscription d’un crédit immobilier, il est généralement utilisé pour régler les frais relatifs à l’emprunt (frais de notaire ou de dossier, caution…).

L’apport personnel ne doit pas être négligé car il s’agit d’un élément déterminant pour contracter un crédit dans de bonnes conditions. Si en théorie, il n’est pas obligatoire, en pratique, il représente un réel atout. Il faut noter que dans certains cas, la nécessité de l’apport personnel peut être contournée, par exemple, dans le cadre d’un investissement locatif ou pour l’acquisition d’une résidence secondaire.

Prêt immobilier : combien apporter ?

L’apport personnel est généralement égal ou supérieur à 10 % de la somme totale empruntée. Il peut être constitué grâce aux économies personnelles de l’emprunteur (épargne logement, livrets, placements mobiliers…). Un apport personnel conséquent permet de rassurer le prêteur. En effet, cela démontre la capacité du demandeur à mobiliser une certaine somme chaque mois qui servira ensuite à rembourser le crédit.

Un apport est considéré comme significatif à partir de 20 % hors frais de notaire. Une telle somme permet souvent de profiter d’un taux plus intéressant. Cependant, il n’est pas judicieux de puiser toute son épargne pour gonfler son apport personnel. Effectivement, l’emprunteur doit toujours conserver une partie de son épargne pour faire face aux dépenses imprévues.

Ainsi, l’apport personnel n’est pas obligatoire pour souscrire un prêt immobilier mais fortement conseillé. Il facilite l’obtention du crédit ou l’accès à des conditions plus favorables. Il faut toutefois garder à l’esprit que ce n’est pas le seul critère pris en compte par la banque. En effet, celle-ci observera également le niveau d’endettement de l’emprunteur, l’évolution de ses revenus, sa capacité d’épargne et sa situation professionnelle. Enfin, certains établissements acceptent aujourd’hui de prendre en charge la totalité du prix du bien immobilier, à condition de présenter un dossier solide. Il est aussi possible de bénéficier d’un crédit à 110 % avec la prise en charge des frais de notaire.

Dépôt demande rachat de crédit sénior

Publié dans Blog Sénior.